Mots-clefs

, , , , ,

Chers,

Les prochains séminaires sur les femmes mystiques et la jouissance féminine auront lieu au local de l’ACF, 16 rue Defacqz, de 20 à 22h  :

le mardi 2 février : Sainte Thérèse d’Avila et Marie de la Trinité (Anne Hermant)

— le mardi 1er mars : Sainte Thérèse d’Avila et Jeanne Guyon (Marie-Françoise Demunck)

le mardi 3 mai. : Saint Jean de la Croix et la mystique arabo-musulmane (Marie-Claude Lacroix et Rachida Naimi)

le mardi 7 juin : Saint François d’Assise et François Cheng (Katty Langelez)

Voici l’argument d’Anne Hermant qui nous introduira, ce mardi 2 février, à l’élaboration de Marie de la Trinité :

« Marie de la Trinité (1903-1980)

Les choix de la solitude et de l’oraison s’imposent à cette jeune femme dès l’âge de 8 ans. Extérieurement soumise à son milieu très pieux, elle traitera ce quelque chose de détonant et d’explosif qui lui traverse le corps, par l’expérience mystique.
Sa solution sera cependant délicate à mettre en place, à cause de la torsion psychique qu’elle s’impose. Prise entre une volonté propre qui insistera jusqu’au bout et la nécessité croyante de s’en remettre à la volonté de l’Autre divin, elle choisira longtemps de se lier aux décisions d’un directeur spirituel par un vœu absolu d’obéissance.

Cette position impossible à tenir la déchire et l’angoisse au point de se retrouver en psychiatrie à l’âge de 43 ans. Son itinéraire la conduira en analyse chez le Docteur Jacques Lacan de 1950 à 1953.  Cette expérience marquera un tournant dans sa vie, la conduisant progressivement à un apaisement. Elle meurt en 1980, laissant derrière elle 3.500 pages relatant son expérience mystique ainsi qu’une correspondance très abondante.

Je m’attacherai à montrer les accents singuliers de son expérience et les difficultés rencontrées pour traiter l’illimité de sa jouissance mystique. »

Par ailleurs, Jacques-Alain Miller a parlé de Marie de la Trinité, en 2006, lors du Congrès de l’AMP à Rome, sur le Nom-du-Père. Ce texte se trouve dans la revue Quarto n°90.

Cordialement,
Jean-Claude Encalado

Publicités